Warning: Creating default object from empty value in /homepages/4/d134610354/htdocs/ghettoparisien/blog/wp-content/themes/editorial/functions/admin-hooks.php on line 160

Encore un pont qui s’écroule…

Vous souvenez vous de ceci ? Ce Pont avait laissé toute ma belle-famille, qui habite l’est du Venezuela, sans communication avec le reste du pays. La route alternative était de passer par les plaines (los llanos) et traverser un autre pont, ce qui voulait dire douze ou quatorze heures pour un trajet de 350 kilomètres. Le comble de tout, c’est que, après avoir dévié la circulation par les plaines, le pont de Cúpira s’est écroulé à son tour, laissant tout l’est du pays complètement isolé.

 

Cette semaine, nous apprenons qu’un autre pont s’est écroulé. Il n’y a donc aucune connexion avec Puerto La Cruz, Barcelona et Sucre. Et qui dit “pas de route” dit aussi “pénurie de produits” : à Puerto La Cruz, les gens en panique cherchent du papier toilette, de l’huile, de la farine, du sucre et d’autres. Car nous parlons de produits essentiels, figurez-vous, pas du champagne et du caviar. Ma belle-mère, qui a grandit sans papier toilette, ne peut pas supporter l’idée de revenir à l’ancienne époque de son enfance dans les plaines du Venezuela. Tout ceci sans parler de la farine, utilisé pour faire nos plats typiques, et les moins chers…

 

Alors, lorsque je constat que nous avons vécu un boum économique sans précèdent dans le pays, entre 2002 et 2008 (et qui se prolonge, toutefois), qui a vu une véritable manne de dollars pleuvoir sur le Venezuela, et que, après le boum, nous n’avons pas d’infrastructure, cela me dérange. Enormément, pour ne pas dire un gros mot.

L’état de 90% des ponts du Venezuela est “critique”. Ils vont continuer à s’écrouler. Et le gouvernement Chávez, incapable de planifier, de lancer des grandes lignes de développement, d’éviter la corruption dans tous les projets, ne fais rien. De toute façon, maintenant c’est trop tard : l’état n’a plus d’argent et, avec Chávez dans le coma, personne ne veut faire une dévaluation. Mais, avec chaque jour sans dévaluation, il faut financer plus ou moins 166 millions de dollars et l’argent se fait rare. Selon le propre gouvernement (qui a tendance à embellir ces chiffres), nous avons une inflation de 20% et une pénurie sur 16,3% des produits, la plus grande pénurie de l’ère Chávez.

 

Le seul à pouvoir régler ceci, c’est-à-dire, de faire gober au peuple une dévaluation, davantage d’inflation et le recul des plans sociaux trop chers (comme celui de donner, gratuitement, des télévisions aux gens), était Chávez.

Maintenant qu’il n’est plus là, qui va convaincre le peuple qu’il faut payer les cadeaux d’avant les élections ? Que l’essence doit augmenter de prix ? Que nous n’avons rien développé ?

 

Le Venezuela est une marmite qui va bientôt être en ébullition…

Tags: , , ,

Vicente Ulive-Schnell (Caracas, 1976) est un auteur et un réalisateur de courts-métrages d'origine vénézuélienne. Véritable rat de bibliothèque, il possède un diplôme en Psychologie Clinique et Sociale, un Master en Ethnométhodologie et un Doctorat en Philosophie. Toutes ces connaissances lui ont ouvert les portes de métiers passionnants : barman, veilleur de nuit, guide touristique, professeur de maternelle, réceptionniste, garde d'enfants et d'autres encore. Il a publié trois romans en espagnol, au Venezuela et en Espagne, et fut l'une des plumes emblématiques du journal El Nuevo Cojo Ilustrado publié à New York entre 2002 et 2006 pour le public latino-américain. Il a aussi écrit et réalisé plusieurs courts-métrages pour l'entreprise Niu Image et, en 2010, il a créé l'événement d'art indépendant, alternatif et spontané, Niu Imaginarium, qui fut présenté à Paris, Barcelone et Londres. Il est l'auteur du roman, "Histoires d'un ghetto parisien" (2011, Editions Kirographaires).

No comments yet.

Leave a Reply

Philip Kerr on football: clockwork orange

Philip Kerr on football: clockwork orange

Philip Kerr is having fun. After his amazing Berlin police novels -I specially liked Katyn Wood-, he’s going all-in on [...]

Zadie Smith and Michael Jackson

I couldn’t understand why time had stopped. I must have been six or seven – my only existential concerns hovered [...]

Elena Ferrante et les pratiques au Venezuela

Dans “Le nouveau nom” d’ #Elena #Ferrante, j’ai trouvé une anecdote fort intéressante. Car, ce volume, le deuxième de “L’amie [...]

Goncourt 2016: Leila Slimani, “Chanson douce”

“THE BABY IS DEAD. It only took a few seconds. The doctor reassured her that it had gone with no [...]

“Purity”: Jonathan Franzen still doesn’t get it

Franzen continues his borderline pathological obsession with the internet in his new book, “Purity”. After blasting social networks repeatedly in [...]

Darragh McKeon’s Chernobyl

When Svetlana Aleksiévich won the Nobel Prize, I thought about tackling her “Voices of Chernobyl” book. A fascinating read, specially [...]